La faim au Sénégal

Lutte contre la famine : Le Sénégal cherche 26,6 milliards de francs Cfa

1568194_3_885e_selon-les-nations-unies-plus-de-23-millions-de_3e27ad79e98a44a7283adc9061d1449b.jpg

Le Sénégal, cherche de façon urgente 26 656 600 650 francs Cfa pour faire face à un déficit céréalier estimé à 4 700 000 tonnes pour toute la sous-région ouest- africaine.

La situation alimentaire en Afrique de l’Ouest et dans certains pays du Sa­hel laisse craindre le scénario du pi­re : il y a quelques années, les é­meu­tes de la faim avaient secoué plusieurs régimes africains. Aujour­d’hui, nombre d’entre eux sont confrontés à des déficits céréaliers énormes qui sont de 4 700 000 tonnes dans l’es­pace Uemoa, en plus de pays comme la Gambie. La satisfaction de ce besoin en alimentation exige de trouver 395 656 600 650 francs Cfa. Dans le lot de pays vivant l’insécurité alimentaire, le Sénégal est dans une situation assez compliquée et cherche à trouver auprès des institutions financières la somme de 26 656 600 650 francs Cfa. L’é­normité du montant ne fait pas du Sénégal le plus mal loti, tout au contraire. D’autres pays ont aussi leurs besoins, qui ne sont pas minimes, par rapport aux nôtres. On note ainsi qu’il faut, pour le Burkina Faso, 47 559 mil­liards, pour le Tchad 182 milliards, pour le Niger 14 milliards, pour le Mali, 62 456 milliards et pour la Gambie, 63 119 milliards.

Ces chiffres alarmants ont été dé­voilés lors du Sommet des mi­nis­tres de l’Agriculture de l’Ue­moa, de la Cedeao, et du Cilss ap­puyés par les experts d’Oxfam, de l’Oms, du Pam, du Haut commissariat des Na­tions unies pour les réfugiés, de l’Unicef, de la Fao, et de l’Ocde, entre autres.

Ces révélations publiques jurent d’avec les déclarations de l’ancien régime qui a toujours persisté à soutenir que le Sénégal avait atteint sa sécurité alimentaire. Malgré les déclarations contraires des organismes indépendants. Tout un symbole : Cheikh Ha­dji­­bou Soumaré, ancien Premier mi­nistre de Abdoulaye Wade, aujourd’hui à la tête de la Commission de l’Ue­moa, n’a pas hésité à reconnaître la situation alimentaire difficile du pays.

Selon les données de la Cedeao, de l’Uemoa et du Cilss, plus de 16 mil­lions de personnes sont dans une insécurité alimentaire dans les cinq pays cités ci-haut. A ce stade de la situation, la Cedeao a décidé d’accorder une aide d’urgence aux pays les plus touchés en les soutenant dans le financement de leurs plans nationaux d’investissements et de sécurité alimentaire (Pnia-Sa). En d’autres termes, le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali et le Niger recevront un appui prioritaire à travers le financement de l’Agence régionale et du fonds régional pour l’agriculture et l’alimentation pour une valeur de 150 millions de dollars.

En engagements concrets, l’Ue­moa a décidé d’affecter rapidement 40 milliards francs Cfa à l’achat de vivres et d’aliments de bétail. Le Cilss s’est également engagé à soulager ces pays menacés en leur oc­troyant une aide de 20 millions de dollars pour ap­puyer les plans d’urgence, 25 millions de dollars pour des actions structurelles et 2 millions de dollars pour des ac­tions concrètes. Sans oublier 600 mille dollars promis par le Pnud.

En décidant vaille que vaille de nier une réalité qui augure de lendemains incertains pour les populations à quelques mois de l’hivernage, les anciennes autorités ont grandement contribué à envenimer la situation. Fort heureusement, la nouvelle alternance a commencé à rétablir la vérité en reconnaissant la menace de famine découlant de l’insécurité alimentaire dans certaines zones rurales et urbaines, et en demandant le soutien des partenaires au développement et des institutions internationales spécialisées.

lequotidien.sn

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Menage dit :

    Mrci énormément pour ce billet ! 🙂 Marie

  2. oyster dit :

    Manifestement l’argent pour construire la statue aurait été plus utile ailleurs!

  3. oyster dit :

    Manifestement l’argent pour construire la statue aurait été plus utile ailleurs!

  4. oyster dit :

    Manifestement l’argent pour construire la statue aurait été plus utile ailleurs!

  5. oyster dit :

    manifestement l’argent pour construire la statue de DAKAR aurait été plus utile ailleurs!

%d blogueurs aiment cette page :