Tabaski et revue de presse Sénégalaise

Voici les principales  informations de la presse sénégalaise parue lundi :
tabaski_008-2

     LE SOLEIL : La 8e édition du Forum du 1er emploi s’est ouverte  samedi au Cesag. Elle intervient cette année, sur fond de  difficultés pour les petites et moyennes entreprises nationales et  une crise financière internationale qui risque d’avoir des  répercussions sur l’emploi. C’est pourquoi le Mdes, par la voix de  son président, appelle l’Etat à prendre des mesures pour soutenir  les Pme, principales générateurs d’emplois.

     – – –  

     SUD QUOTIDIEN : C’est un monde immense qui a pris d’assaut les  rues de Guédiawaye (banlieue dakaroise). La population de cette  ville est sortie, avant-hier samedi pour dénoncer avec véhémence  et des symboles à l’appui, leur désarroi face à la cherté de la vie,  matérialisée, entre autres, par des factures salées de la Sénélec,  avec son lot de coupures intempestives d’électricité. La  particularité de cette marche de protestation est qu’elle a été  initiée par les imams, les pères et mères de famille qui ont  occupé les premiers rangs du début à la fin.

     – – –

     REWMI : La France compte apporter son appui aux réformes des  finances publiques qui posent tant de problème au Sénégal. Ce  projet qui porte sur trois années pour un montant de financement  d’environ 850 millions de F Cfa a pour objectifs de renforcer les  capacités des administrations économiques et financières  sénégalaises ainsi que de la Cour des Comptes, pour une gestion  plus efficace mais également plus transparente des finances  publiques.  

     – – –

     NETTALI : Situé dans la communauté rurale de Toubacouta, le  village de Badodou n’a pas bénéficié des retombées de la Goana.  Pour le chef du village, la famine s’est installée dans leur  village car la grande offensive agricole y a été un échec  total.Les habitants de ce village lancent un cri de détresse à l’endroit des  autorités gouvernementales.

     – – –

     WLFADJRI :  Tabaski : Partir à tout prix ! » Jusque  tard dans la soirée d’hier, les gares routières interurbaines de  Dakar continuaient à afficher le plein. Tabaski oblige. Ainsi, la  capitale se vie de sa population dont une bonne partie passe la  fête à l’intérieur du pays, en famille. Mais à quel prix!

Vous aimerez aussi...